mardi 2 janvier 2018

Entre le déjà et le pas encore



1 Jean 3.1-2 "Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Si le monde ne nous comprend pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est."

Introduction
Ces versets reflètent parfaitement la pensée du "déjà et du pas encore" ainsi que la filiation à notre Dieu que nous n'avons cessé de proclamer par le chant phare de cette année "Abba père".
A la veille d'une nouvelle année, nous prenons plus facilement conscience que notre présent est un temps entre le déjà et le pas encore, un temps de réflexion qui nous pousse à faire le bilan de l'année écoulée et de nous projeter vers un avenir encore plein d'incertitudes.
Comme je vous le disais dimanche dernier et dans la newsletter du mois de janvier, les années se suivent et ne se ressemblent pas.
Nous pourrions avec fatalisme regarder le temps qui s'écoule avec une certaine lassitude pensant que rien ne changera jamais…Seulement lorsqu'on considère la vie chrétienne telle qu'elle devrait être, nous constatons qu'elle n'est pas statique, mais en mouvement perpétuel.
Si Dieu ne change pas, nous, nous devons changer avec le temps et les circonstances que Dieu nous donne.
A son époque le prophète Esaïe prophétisa de la part de l'Eternel dans Esaïe 42.9"Voici, les premières choses se sont accomplies, et je vous en annonce de nouvelles ; avant qu’elles arrivent, je vous les prédis."
Si en 2017, des choses se sont déjà accomplies, aujourd'hui, il reste des choses nouvelles qui ne sont pas encore arrivées.
Peut-être en espérez-vous certaines et que vous n'en soupçonnez même pas d'autres…?

Dieu est souverain et nous surprend si souvent !


Si nous ne nous berçons pas d'illusions, nous sommes déjà dans des attentes prophétiques dont les bénédictions passées font sens et accréditent nos espérances.

1. Notre passé porte en lui, le germe de notre avenir.
Comme cela avait été prophétisé, l'année 2017 a été pour la plupart d'entre nous une saison hivernale éprouvante à bien des égards ; certains ont été atteints dans leur santé, d'autres ont vécu un deuil, la perte d'un emploi, une situation financière difficile ou des relations conflictuelles avec leur famille…

Croire qu'être chrétien nous épargne les souffrances et les épreuves est un mensonge et si certains en doutaient encore ils ont constaté que la pluie comme la neige tombent à la fois sur les méchants et sur les bons, si toutes fois il existe quelqu'un de bon, en dehors de Christ…!
Toutefois, bien que des bourrasques glaciales se soient abattus contre l'Eglise, nous pouvons rendre gloire à Dieu qui nous a maintenus debout et nous a affermis, qui nous a enracinés profondément en lui et nous a unis les uns aux autres pour lutter contre ces vents contraires.
Bien que nous ayons été malmenés, bien que nous ayons souffert, Dieu a démontré sa fidélité dans tous nos combats.
Il a permis ce rigoureux et long hiver, pour que nous apprenions à nous reposer sur lui, pour nous émonder et pour nous transformer un peu plus à son image.

Heureusement, les années se suivent et ne se ressemblent pas !

Après l'hiver vient le printemps, la saison de la renaissance, une reprise de la vie, une émergence de nouveautés qui feront la joie de tous ceux et celles qui ont su persévérer et conserver l'essentiel tout en acceptant la perte nécessaire du superflu…!

Dieu ne nous a jamais abandonnés, il n'a pas permis que nous mourrions gelés, que nous nous pétrifions dans des attitudes néfastes pour notre vie telles que la colère, le doute, la tristesse ou l'amertume.

Si nous l'avions fait nous nous serions figés dans notre vie spirituelle, nous aurions stagné au lieu de croître et nous aurions fini par dépérir et nous briser sous le poids de nos péchés.

Gloire soit rendue à Dieu qui ne nous éprouve pas au-delà de nos forces et qui nous donne sa vie et sa puissance pour résister dans les mauvais jours !

Car la souffrance n'est ni une fatalité ni nécessairement une attaque du diable ; elle est permise par Dieu, non parce qu'il est sadique ou intraitable, mais parce qu'elle est un instrument entre ses mains pour nous sanctifier, nous fortifier et nous transformer.

Un arbre qui ne porte pas de fruit est arraché, mais celui qui en porte est toujours émondé afin qu'il porte toujours plus de fruits. Ne nous étonnons pas des hivers sombres et venteux qui nous émondent mais attendons-nous aussi à des printemps pleins de promesses, de lumière et de joies !
Psaumes 34.19"Le malheur atteint souvent le juste, mais l’Eternel l’en délivre toujours."
Si cette année, nous n'avons pas lutté contre la main divine qui nous châtiait, et que nous avons remporté la victoire sur le diable qui voulait nous tenter, si nous avons pris conscience de nos péchés cachés et les avons délaissés, alors nous allons voir une nouvelle saison arriver !

Après l'hiver vient le printemps plein d'espérances et de bonnes nouvelles rafraichissantes et agissantes comme la pluie du printemps qui arrose la terre et fait jaillir la vie.
Notre passé porte en lui le germe de notre avenir.

Contre toute attente, l'hiver a un rôle primordial à jouer aussi bien dans la vie des végétaux que dans celle de la terre ou des animaux.
Spirituellement, c'est la même chose : l'hiver et ses rudesses ont produit en nous une attitude de repentance pleine d'humilité, il a épuré notre cœur et notre foi et nous a poussés à mettre la parole de Dieu en pratique.
Il nous a poussés dans nos retranchements afin de nous faire sortir de nos "barques bien confortables" et de nous faire marcher sur les eaux, délaissant le superflu et nous accrochant à l'essentiel !

Il nous a fait sortir de notre routine et de notre sommeil spirituel.
Il nous a rapprochés de notre Père Céleste et nous a révélés son fils comme l'homme de souffrance plein de compassion.
Il a transformé nos illusions en véritables espérances, il a façonné notre caractère…

Bref, Dieu a agi formidablement et nous devons être reconnaissants pour tout ce qu'il a fait dans nos cœurs et nos vies !

Toutefois nous ne devons pas rester accrochés à cette saison à cause de notre amertume, de notre colère ou à cause des doutes qui se seraient installés dans nos vies, tels des insectes destructeurs qui auraient profité de la faiblesse d'un arbre pour coloniser son écorce et le tuer.

Ne croyez jamais que Dieu vous a abandonnés à votre triste sort, qu'il vous boude ou qu'il se désintéresse de vous. Dieu vous aime et prend soin de vous !
Et même s'il châtie ceux qu'il aime (pour leur bien) sa colère ne dure qu'un instant.

Psaumes 30.5"Car sa colère dure un instant, mais sa grâce toute la vie ; le soir arrivent les pleurs, et le matin l’allégresse."
Entrons ensemble dans cette nouvelle saison, car en 2018, le Seigneur nous prépare des surprises comme autant de bénédictions qui ne demandent qu'à jaillir.

  2. Aujourd'hui, entre le déjà et le pas encore
1 Jean 3.1-2 "Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est."

A l'aube de la nouvelle année, prenez-vous conscience de tout l'amour que Dieu vous porte ?
Êtes-vous conscients de toutes ses bontés à votre égard et de tout ce qu'il a fait contribuer à votre bien durant l'année passée ?
Avez-vous réalisé de combien de trésors infinis et glorieux il vous a enrichis au cœur même de l'hiver ?
C'est important de le souligner et d'en prendre conscience avec reconnaissance aujourd'hui, et dans tous les aujourd'hui de notre vie situés entre le déjà et le pas encore !

Etre enfants de Dieu, c'est avoir Dieu pour Père, d'être aimés du Dieu tout puissant et créateur, d'avoir avec lui et grâce au Christ une relation marquée de profonde tendresse, de proximité et de respect !

C'est aussi appartenir à une famille spirituelle -  pas une communauté de surface - mais une vraie famille unie, ayant des sentiments profonds de fraternité, d'unité et d'entraide. 

En Christ, voilà ce que nous sommes dès le jour de notre naissance spirituelle, mais tout n'est pas fini, parce que nous ne sommes pas encore arrivés au bout du chemin et que nous sommes encore en marche.
Même si nous avons beaucoup appris cette année et que nous nous sommes enrichis de nombreux trésors impalpables, ce que nous vivons aujourd'hui n'est que provisoire, et ce que nous connaissons n'est que partiel. 

1 Corinthiens 13.10-12 "…Nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant. Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu."

Nous sommes perpétuellement en marche et l'aboutissement de notre salut n'arrivera que lorsque le Christ paraîtra.

Nous sommes entre le déjà et le pas encore: 1 Jean 3.2"Dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons plus tard, cela reste encore caché" 

Timothy S Lane et Paul David Tripp ont écrit :
"Jésus est déjà venu nous apporter le salut, mais son œuvre salvatrice n'est pas encore terminée.
La puissance du péché a déjà été détruite, mais la présence du péché n'a pas encore été effacée.
Nous avons déjà grandi et changé de bien des façons, mais nous n'avons pas encore atteint notre plein potentiel en Christ.
Nous avons déjà surmonté beaucoup de difficultés, mais nous n'avons pas encore franchi notre dernier obstacle.
Nous avons déjà appris de nombreuses leçons de foi, mais nous n'avons pas encore mis notre entière confiance en Dieu.
Dieu a déjà établi son royaume dans nos cœurs mais ce royaume n'est pas encore venu.
Le péché a déjà été vaincu, mais sa défaite finale ne s'est pas encore produite."

Les temps et les saisons sont entre les mains de notre souverain.
Notre part est d'apprendre à mieux vivre "en cours de route" entre le départ et l'arrivée de notre vie avec Dieu.Il nous faut prendre conscience de nos faiblesses et de nos failles et vivre comme des gens brisés et dysfonctionnels que Dieu répare le long du chemin, toujours reconnaissants de ce qui a déjà été accompli et toujours conscients d'avoir besoin de ce qui ne nous a pas encore été accordé.

Voilà toute la dynamique de la vie chrétienne : nous vivons notre foi entre un déjà et un pas encore.

Mais attention ! Car nous pouvons commettre plusieurs erreurs de trajectoire possibles, si nous oublions cette réalité :

·         Il y a en effet ceux qui estiment que le "déjà" est suffisant.
Il y a des chrétiens qui se contentent en effet du minimum et des petits commencements.
Certes, ils sont baptisésmais ils font l'impasse des réunions de semaine, ils ne vont au culte que de temps en temps et ça leur suffit. Comme c'est dommage !
Car en agissant ainsi, ils se privent de toutes les bénédictions que Dieu a en réserve pour eux. 

·         Et puis il y a ceux qui s'y croient déjà.
Ils donnent l'impression qu'ils vivent déjà dans le royaume de Dieu sur la terre.
Ils proclament la réussite, l'abondance et la prospérité...
Ils prétendent avoir réglé à jamais le problème du péché et de la tentation.
Ils disent qu'ils sont vainqueurs en Christ et minimisent les combats et leur adversaire !
Ils s'y croient déjà... mais oublient qu'il reste du chemin à parcourir.

·         Il y a aussi ceux qui sont obnubilés par le "pas encore".
Ils se laissent accabler par ce qui ne va pas et oublient ce qu'ils ont déjà.
Ils trouvent que c'est dur d'être chrétien, avec toutes ces épreuves, ces tentations et ces attaques.
Leur espérance chrétienne est réduite à souffrir en serrant les dents et à se plaindre sans cesse de cette fin des temps si pénible à vivre, …en attendant que Dieu établisse son règne. 

Quelle est donc la bonne attitude à suivre aujourd'hui entre le déjà et le pas encore ?
·         S'appuyer sur le déjà pour cheminer vers le pas encore.
·         Etre reconnaissant et profiter pleinement de ce que nous avons déjà en Jésus-Christ.
·          Avancer, espérer, attendre ce que nous n'avons pas encore et qui nous est promis.

Le "déjà" est considérable : nous sommes les enfants de Dieu.
Le "pas encore" est plus grand encore. Tellement qu'on ne peut pas l'imaginer...
Alors vivons aujourd'hui dans le contentement et la reconnaissance !
Espérons et attendons l'accomplissement des promesses de Dieu sans vouloir brûler les étapes, c'est le seul moyen d'être réaliste sans être résignés et de marcher vers notre espérance sans se faire d'illusion. 
Conclusion:
Notre espérance chrétienne a déjà commencé, mais elle ne s'arrête pas à aujourd'hui.  
Déjà nous sommes enfants de Dieu, aimés, choisis et sauvés, des enfants pas toujours sages, parfois capricieux, parfois imprudents, des enfants qui ont encore tellement à apprendre... mais nous sommes résolus malgré toutà encore grandir, par la grâce de Dieu, vers plus de maturité. 

Alors qu'une nouvelle saison printanière prend place dans notre vie, soyons résolus à y entrer !

Cantique 2.11 à 13"Car voici, l'hiver est passé; la pluie a cessé, elle s'en est allée.
Les fleurs paraissent sur la terre, le temps de chanter est arrivé, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. Le figuier embaume ses fruits, et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!"

Soyons résolus à vivre dans la lumière comme des enfants de lumière.
Nous ne sommes pas des cafards qui se reproduisent dans l'ombre…!

Ephésiens 5.8"Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!"

Pour connaître le printemps, cette saison de renouveau où la lumière revient peu à peu, de régénération, de transformation miraculeuse et d'émergence de vie, décidons de faire reculer la part de ténèbres dans notre vie. Vivons l'explosion d'une vitalité spirituelle qui ne demande qu'à jaillir..!

§  Mettons en lumière ce qui est caché.
§  Avouons-nous l'inavouable.
§  Ne dissimulons plus à Dieu ce qu'il sait déjà, et qu'il veut nous voir lui confesser !
§  Donnons à la lumière la primauté dans notre vie !
§  Libérons-nous des entraves qui retiennent notre plein potentiel !


Soyons résolus à recevoir avec joie la pluie de l'arrière saison,
c’est-à-dire la plénitude du Saint Esprit nous amenant à la maturité.

Deutéronome 11.14"Je donnerai à votre pays la pluie en son temps, la pluie de la première et de l’arrière-saison, et tu recueilleras ton blé, ton moût et ton huile."

Le printemps est une période formidable, mais d'une extrême violence pour la nature : les arbres bourgeonnent, certaines fleurs sortent de terre.

On imagine mal cette puissance de vie à l'œuvre à ce moment- là et il en va de même pour nous !

Nous devons tourner la page de l'hiver, en finir avec la mort qui couve, avec la tristesse, avec le trouble, avec les ténèbres, avec les plaintes et les soupirs, ce ne sera peut être pas facile, mais nous pouvons accueillir le printemps dans notre vie en nous ouvrant à l'œuvre du Saint Esprit !

C'est lui qui fera croitre en nous les fleurs et les fruits qui ont été semés, c'est lui qui redonnera vie aux graines qui ont été abandonnées en terre et qui les fera germer.

Jean 12.24"En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit."

Il nous faut donc mourir à nous-mêmes et à nos volontés pour accueillir la vie de Christ en nous et pour que ses projets prennent place dans nos vies.

Combien pensaient qu'ils étaient morts à eux-mêmes et se sont rendus compte que cette mort n'était que partielle, que le vieil homme ou la vieille femme était toujours bien vivant ou vivante dans tous les coins de leur cœur…?

Quelle cruelle désillusion,.., mais une désillusion qu'il nous faut affronter de face si nous voulons entrer dans le plein potentiel de notre nouvelle vie…!
Pourquoi resterions-nous sclérosés, prisonniers de nos bourgeons, repliés dans notre gangue…? Permettons à la vie de vaincre tous les obstacles qui se dressent en nous…! 

Soyons résolus à profiter pleinement de cette saison pleine de vie de résurrection, de croissance spirituelle et de joie saine !

Soyons résolus à veiller sur nos cœurs plus que tout autre chose,comme nous le sommes exhortés dans la parabole des quatre terrains, si demain nous voulons porter du fruit en abondance.

Proverbes 4.23 "Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie."

Sans doute, devons-nous accepter de ne plus veiller, maladivement parfois, sur certaines choses en les confiant pleinement à Dieu, afin de mettre toute l'emphase sur notre cœur….!

TON CŒUR C'EST TA PRIORITE POUR 2018…!

Si tu le négliges, tu te priveras alors des sources abondantes et tu devras affronter les tiraillements provoqués par la soif et la sécheresse..!


Pour éviter cela, soyons résolus à obéir à la parole de Dieu et à la mettre en pratique dès aujourd'hui.

Soyons résolus à ne pas nous charger des soucis de la vie et du matérialisme (Argent et plaisirs de ce monde), sinon la semence de Dieu sera étouffée sous les ronces et les épines.

Soyons résolus à veiller à notre enracinement afin qu'il soit solide et ferme en Christ et que nous nous ne dépérissions pas aux jours de la sécheresse.

Soyons résolus à confesser nos péchés et à pardonner aux autres,car la semence de Dieu ne peut croitre sous les pierres.

Soyons résolus à ne pas nous endurcir mais à être des terrains malléables et propices à la croissance de tous les fruits que Dieu veut nous voir porter.

Hébreux 4.7 "Dieu fixe de nouveau un jour, et il l’appelle "aujourd’hui".  Il a parlé de ce jour là par la bouche de David en disant : "Aujourd’hui, si vous entendez la voix de Dieu, ne fermez pas votre cœur!" "

Les bras remplis du "déjà"et nous projetant avec foi dans "le pas encore" nous devons vivre "l'aujourd'hui" avec paix et actions de grâces…!

Le temps est venu où ceux qui ont semé avec larmes vont moissonner avec des chants d'allégresse,…, comme le déclare le Psaumes 126.5.

Chassons l'esprit de mélancolie, de négativisme, de fatalisme, de lassitude et plus généralement chassons tout ce qui  travaille à l'érosion de notre spiritualité et à l'insatisfaction de nos cœurs pour vivre pleinement dans l'abondance du Christ…!

Jean 10.10 "Moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance."     

Je réclame dans vos vies l'abondance du Christ qui seul peut remplir vos cœurs et vous épanouir afin que la joie de votre salut témoigne de l'évidence de la présence de celui qui agit en vous…! 
Message du culte du dimanche 01 Janvier 2018 
Past. Xavier LAVIE